9 juin 2016

Les Jolies Plumes ◆ Juin



Les Jolies plumes : Un atelier d'écriture pour bloggers. Un thème par mois. Une ode à ton imagination. Un huit clos entre toi, tes clavier et tes mots. Le tout à partager sans modération.


J'inaugure ma première participation à l'atelier des Jolies Plumes. 
Ce mois-ci, le thème c'était : "Toc Toc. Est-ce le facteur avec un colis, un ancien amour, un nouveau voisin qui vient d’arriver, un autre qui souhaiterait des oeufs, un admirateur secret qui a laissé quelque chose sur la palier ? Que se passe-t-il sur le pas de votre porte?"


Mécomptes de Minuit

_______________

__________
Toc, toc.
__________

J’ai le sourire désabusé, la main qui tremble un peu.
C’est mon nom qui s’affiche à l’écran. Oui, encore moi. Encore et toujours moi.

Je le devine, ton sourire en coin. Je sais qu’au fond, tu es ravie de le voir, ce petit nom en deux syllabes.

Ne me balaye pas du doigt. Ne me glisse pas dans tes spams. Ne me voue pas au néant du silence.
Je suis là. De retour. Un peu fébrile, peut-être aussi encore épris de toi.

Il est tard, je sais. Je t’écris tard. Je t’écris toujours tard.

Mais ne fais pas semblant.
Ne fais pas celle qui n’a pas lu, celle qui s’en fout.

Parce que je rends les armes.

Cette fois-ci t’as gagné, pas vrai ?

Cette bataille, cette joute, quoi que tu veuilles l’appeler.
Je me mets à nu. Juste un café. Juste une fois. Qu’on puisse parler, quoi. Je veux te voir. J’ai tellement de choses à te raconter.

Aller, au nom de l’amitié qu’on partage depuis tant d’années. Arrête de m’envoyer sur les roses. 
Remets-moi dans ta vie. S’il te plait.

Sois vraie, sois toi, sois franche.
Enlève ce masque de l’indifférence.

Non ? Très bien.
Il était beau mon message, pourtant. Littéraire, comme tu les aimes. J’ai dit des jolis trucs. Ça t’a pas suffit. 
Tant pis.

J’irai pas plus loin. Ça s’arrête là. Stop. Basta.
Et ça, ça t’angoisse. Je suis sûr que ça t’angoisse.
T’attends un geste.

Alors ok, je m’incline. Je vais le faire, ce geste. Pour toi.

Oh, et puis non.
En fait, je suis déçu. De tout. Et je suis lassé. Avec toi c’est toujours trop compliqué. Je replie mes troupes et ma bonne volonté. Je t’offre mon silence, ma fermeture, mon fuck à gorge déployée. Ouais, sans repentance. 
Je t’emmerde.

Tu m’emmerdes aussi, ça tombe sous le sens.
Aller, sans rancune. Accepte ma dominance. 

J’ai les yeux ailleurs, maintenant.
Bien fait pour toi. Je t’abandonne. Bannie. Ecrasée. Oubliée.


__________
Toc, toc.
__________

Tu me manques. C’est drôle, quand t’es pas là, tu laisses un vide. Pourtant ça défile, autour de moi. Je me les fais toutes. Ça devrait me suffire. Mais non. Je me sens seul. Je me sens con.

Ça m’apprendra. A être aussi con.

Aller reviens, s’il te plait. Rapproche-toi. Encore. Plus près.
Rejouons ce chapitre. Pour la énième fois…

Non ? Ce que tu peux être butée, comme fille. Je sais vraiment pas ce que je te trouve. Tu me soules.

T’as un mec, c’est ça ? Un autre mec ? Ouais, à tous les coups c’est ça, un autre mec... Ou non. Si ça se trouve, non, même pas.

Mais m’ignore pas, putain... Tu peux pas faire ça. J’ai peur… T’as pas le droit…
Puis de toutes façons tu sais pas faire. Tu sais pas m’ignorer. Ah, voilà. Je t’ai touchée. Je t’ai encore touchée. Bien.

Tu t’ouvres un peu. C’est cool. Mais c’est bon, maintenant. Je voulais juste voir si t’allais répondre. Non, non. Tu t’emballes. Mais je veux rien, moi.

Enfin, si. Je veux que tu me regardes. Tout le temps, toujours. Je veux ton attention braquée sur moi. Voilà, c’était qu’une piqure de rappel. J’ai pas l’intention de palabrer des heures. Maintenant laisse moi tranquille.

Puis tu me fais peur, aussi. T’es vraie, t’es frontale, t’es indomptable. C’est sexy. C’est bandant. J’adore.

Mais non. Ça te donne du pouvoir. Tu vas m’engloutir. T’es plus forte que moi. Tu rayonnes. T’es le chat, je suis la souris. C’est trop flippant. Non, non, c’est mieux comme ça. Aller viens, je te dépose au fond des oubliettes. 
A double tour dans les cachots. Je t’ai bloqué, ma belle. Je te veux plus.

Je suis parti.

T’es plus là.


__________
Toc, toc.
__________


Bon. De toutes façons, il faudra bien qu’on se reparle un jour.
J’ai besoin de savoir ce que tu deviens. Où tu es, ce que tu fais…

Ça me rend triste. Ça me rend triste ce que c’est devenu. Je te connais depuis que je suis ado. Tous ces moments gâchés… Je sais pas prendre soin des gens, moi. Fallait me montrer, fallait m’apprendre. Pourquoi tu l’as pas fait ?

Et puis c’est toujours pareil avec toi. Faut toujours que ce soit moi qui revienne. Je me traine à tes pieds, et toi , toi tu fais ta princesse !  

Tu veux des excuses, pas vrai ? T’en auras pas. Enrage. Vas-y, enrage bien. Rugis pour moi. 

Je t’ai touchée, je t’ai coulée.
Ce serait pas l’heure du sauvetage ? J’ai envie de m’approcher. Envie de te toucher. 
De te frustrer comme tu me frustres.

Mais pfff, je sais pas… Je sais plus. Je sais plus quoi faire de toi. Non, c’est bon. Laisse tomber. Je suis lassé. Je me retire. Tu m’effraies. Tu m’effraies beaucoup trop. Je veux pas devenir ta chose.

Alors voilà.

Toi et moi jusqu’à toujours, dans la tourmente et le désamour.
Non, tu ne gagneras pas. J’organise la riposte. Je planifie le retrait. Je te laisse encore. 
Je te laisse toute seule, tu sais ? A pas de velours. Je m’en vais.

Encore une fois, je t’abandonne.


__________
Toc, toc.
__________

Pourquoi je perds toujours au bras de fer ?
Je veux plus jouer. Je joue plus. Joue toute seule.
Comment ça j’ai pas vu que toi non plus tu jouais plus ?


__________
Toc, toc.
__________

Y a qu’avec toi, ça, tu sais ?
Cette forme de magie. Ce certain goût d’inédit.

Cette sensation étrange, lancinante et enveloppante qui me dit qu’au fond, j’arrêterai pas. J’arrêterai pas de venir taper à ta porte. Tant que tu ne me l’ouvriras pas.





 __________________________________________________________________________________________________________________
Envie de t'inscrire aux Jolies Plumes ? Tous les renseignements sont ici .


1 commentaire: