18 avr. 2015

Pop art design, Hubert Le gall



De la nouveauté dans le paysage culturel marseillais. Ca se passe du côté des arts décoratifs.

L’affiche nous promet des couleurs, du pop. Avec le designer Hubert Le Gall aux commandes.

Hubert Le Gall, c’est le gars sacré meilleur créateur de l’année 2012 au salon Maison et Objet. Et la Griffe Le Gall, on peut la croiser à pas mal d’endroits, mine de rien.

Ses pièces habillent, en France, la déco de grands restaurants, de salons de particuliers, mais aussi carrément la salle à manger de Bertrand Delanoë.

Scénographe attitré du Musée Jacquemart-André à Paris, notamment des expositions Désir et Volupté à l’epoque victorienne et De Watteau à Fragonard : Les fêtes galantes, auxquelles j’ai assisté, Hubert s’est aussi chargé de la très réussie Masculin/Masculin à Orsay que j’avais adoré, et même de Frida Khlao/ Diego Riviera à l’Orangerie en plus d’autres expos au Grand Palais, à Berlin, au Canada pour ne citer que ses plus récentes. Bref, M. Le Gall est un scénographe recherché. 

Hubert occupe actuellement un atelier parisien à Montmartre. Celui qui appartenu à Pierre Bonnard, plus précisément. Ca va, tranquille. Tu veux pas te payer un Jeff Koons aussi, tant qu’à faire ?

Pop art Design, Hubert Le Gall se mélange directement aux autres pièces du musée, l’occasion pour le visiteur de les redécouvrir car oui, oui, oui, le fond de prêt du Château Borély se renouvelle de temps en temps ! Pâmoison persistante pour les alambics de parfum, que je trouve fascinants dans mon cas.

La scénographie de l'expo est franchement très réussie. Les pièces d’Hubert s’imbriquent parfaitement dans le décor Louis XVI ou 70ies des collections permanentes du musée. On aurait pu croire qu’elle s’était faite directement en fonction des salles du château Borély. Mais non, Le Gall ne nous dédie quand même pas sa monographie. A saluer tout de même le fait qu’Hubert s’est donné pour Marseille. A l’occasion de sa petite exposition personnelle, l’artiste nous moule des miroirs sur mesure entre les nervures des murs de la salle principale. Trop gentil, Hubert.

Absolument pas adepte du Pop art, j’ai (sans doute parce que le pop art est peu présent dans cette exposition, s’inscrivant avant tout dans les influences directes de Le Gall cf la table Marguerite inspirée directement des Flowers de Warhol et de l’étagère Sunset tout droit sortie de Sunset de Lichtenstein) vraiment apprécié cette petite expo surprenante et bien ficelée.

J’ai particulièrement pris plaisir à m’asseoir sur les chaises en forme de plantes, aurais adoré pouvoir essayer celle en forme de baleine, ai salué l’idée des attributs animaliers imbriqués dans des boules de bronze et j’aurais volontiers ramené chez moi l’étagère en forme de nuages.

Moi, je recommande l’expo. A seulement cinq petits euros, son imaginaire est débordant et le moment qu’elle te fait passer, très agréable.

Je déplore juste un peu de légèreté « à la marseillaise » dans l’accueil des visiteurs, ainsi que trop peu d’encarts et cartels explicatifs sur l’artiste. On entre dans cette expo comme on en ressort, c’est à dire totalement ignorant de qui est Hubert Le Gall, et ça c’est quand même vraiment trop con.

N. B : Hubert Le Gall, c’est aussi le scénographe de Bonnard, peindre l’Acadie au musée d’Orsay. Affaire à suivre incessamment sous peu.


Pop art design, Hubert Le Gal
17 avril 2015 – 6 Septembre 2015
Château Borély, Musée des arts décoratifs, de la faïence et de la mode
137 avenue Clôt Bey – 13008 Marseille

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire