Un week end à Venise : une ville, deux aspects.

7/19/2018



Choisir Venise comme destination de vacances peut s'avérer délicat. Survisitée, la Sérénissime s'affiche un peu partout et sa popularité aurait de quoi décourager le visiteur.

Il y a pourtant deux Venise. La Venise des cartes postales, avec son patrimoine unique ultra populaire qu'on a déjà vu des centaines de fois dans les reportages et les livres. Cette Venise, bien que magnifique, croule sous les têtes des visiteurs, fortement impactée par les désagréments du tourisme de masse.

Mais il y a aussi la Venise authentique, plus discrète, méconnue des standards, avec ses rues étroites, sa beauté Renaissance, ses festivals et ses musées d'art contemporain. Cette Venise, aussi pittoresque qu'agréable à arpenter, est d'un charme à tomber.

Une ville, deux aspect. L'une ne va pas sans l'autre, à mon sens. Les deux sont à connaitre.


A peu près tout le monde s'accorde à dire qu'il faut visiter Venise à l'instinct : oublier les cartes et se perdre dans les rues. J'avais trouvé ce conseil déstabilisant. Il n'empêche que c'était un bon conseil. Pour profiter des charmes de Venise, s'y perdre est clairement le meilleur moyen. Chaque coin de rue débouche sur quelque chose de typique, un pont, une place, une cours intérieure, un joli bâtiment.


N O T R E   I T I N E R A I R E 
◆◆◆
J o u r  1 :  avion - arrivée en début d'après-midi - Cannaregio - Rialto
J o u r  2 : Castello - San Marco - Basilique San Marco - Campanile- Palais des Doges - La Fenice - tour de vaporetto sur le Grand Canal - descente à Rialto - Cannaregio
J o u r  3 : Murano - Burano - Cannaregio - Dorsoduro  
J o u r  4 : Cannaregio - retour en France en début de matinée
◆◆◆

Venise est en fin de compte... Une île. Deux îles rattachés ensemble, même. Reliées à la terre par un seul et unique pont. A Venise, on laisse les voitures, les vélos, et toutes les autres roues à la Piazzale Roma. Tout ce qui circule dans la cité circule sur l'eau. La ville est partagée au milieu par le Grand Canal et seuls deux ponts (le Rialto et l'Accademia) assurent la jonction entre les deux rives.

Venise se divise en plusieurs quartiers.

- San Marco : Le quartier le plus célèbre, mais aussi le plus touristique. Aussi somptueux que prestigieux, il abrite la place San Marco et ses hordes de touristes frappant le pavé. Difficile de respirer à San Marco, mais la beauté de ses monuments légendaires sont à ne pas manquer.

- San Polo : Le plus petit quartier. Bordant le grand canal, touristique également, il s'articule autour du Rialto.

- Santa Croce : Le quartier populaire, discret. Plutôt résidentiel, il y a moins de choses à y voir, si ce n'est y observer les vénitiens dans leur véritable vie de quartier, avec les magasins, les ateliers et les trattorias.

- Cannaregio : Le quartier le moins connu de la ville. Populaire et animé, encore préservé des touristes, aussi authentique que bon marché : idéal pour y dormir.

- Castello : Le quartier le plus vaste de la ville. Avec ses petites rues et ses grandes étendues de parcs il abrite les lieux où se tiennent les grands événéments de la ville comme la biennale. {Arsenale & Giardini}

- Dorsoduro : Le quartier bohème de Venise. On y trouve galeries et marchands d'art, classique et contemporain. C'est aussi un quartier animé pour sortir le soir.

Plus de détails sur l'article de Vivre Venise.

L E S   I N C O N T O U R N A B L E S   D ' U N   V O Y A G E   A   V E N I S E
La Venise ultra connue, ultra belle mais ultra touristique et ultra dénaturée.
◆◆◆




◆◆◆

Le lieu phare de la ville, San Marco. Sa célèbre place a donné son nom a tout le quartier. Déboucher sur San Marco se devine aisément : c'est là où la foule de touristes afflue massivement. San Marco est aussi magnifique qu'insupportable.

Du nom de St Marc, le protecteur de la ville, la place San Marco arbore haut les armoiries de la ville : le lion ailé trône à l'entrée de la place, veille sur la Basilique San Marco et surplombe la magnifique cours carrée en arcades. Coiffé par son campanile et gardé par le Palais des Doges, la symphonie du grandiose se complète de toutes ces architectures si différentes de nos habituelles, à cheval entre l'influence européenne et orientale.

Mais San Marco c'est aussi l'impressionnant théâtre du tourisme de masse, avec ses files d'attentes interminables, cette affluence incessante, ses pigeons omniprésents, ses cris de tous les côtés et cette impossibilité manifeste de prendre des photos correctes. Le monde entier s'est donné rendez-vous à San Marco et ce, plus pour le pire que pour le meilleur. Il va donc falloir s'armer de patience sur la très belle mais très vite oppressante place de San Marco.

→ le plan anti-touristes : se lever tôt et/ou réserver les coupe file.

San Marco, c'est aussi féérique de nuit. L'ambiance est beaucoup plus agréable que de jour.




L A   B A S I L I Q U E   S A N   M A R C O 
◆◆◆


A l'intérieur, une magnifique église aux dimensions impressionnantes. Ses coupoles enluminées à la feuille d'or, ses vieilles boiseries sculptées, ses sublimes fresques peaintes et l'élégance hypnotique de son style byzantin.

L'entrée est gratuite (mais les photos interdites), certaines nefs sont payantes (les reliques 3 €, la Pala d’Oro 2 € et le musée 5 €). La queue pour visiter la basilique peut s'avérer très longue (20-30 min). Aussi, il existe un système de coupe file à 3€ {ici}.

Comme à peu près partout en Italie, on te fera chier pour entrer dans l'église si tu es une femme. Parce que tout le monde sait bien qu'un cou, des épaules et des genoux c'est très offensant pour la face de l'humanité, on te demandera de les cacher #hypocrisie #machisme #puritanisme etc, etc.

→ le plan anti-emmerdes : prévoir un foulard dans son sac pour ne pas choquer les italiens et se conditionner pour s'asseoir sur ses principes, le monument le vaut bien.




L E   P A L A I S   D E S   D O G E S 
◆◆◆


Appelé également palais ducal, il était le siège du pouvoir de Venise. Il s'agit de l'ancienne demeure des doges, magistrats les plus influents de la République vénitienne. La magnifiscence de ses façades bordées de colonnades et de loggias ne prépare pas au faste intérieur des salles du palais. Bijoux architectural, le Palais des Doges abrite aussi de prestigieuses collections de peintures classiques où l'ont peut observer des oeuvres de Véronèse et du Tintoret.

Son attraction phare, le Pont des soupirs, relie le palais à ces cellules de prison. Le pont, fermé pour empêcher les prisonnier de sauter dans le canal pour s'échapper, est un paysage emblématique de la ville. Son nom suggère le soupir que poussaient les prisonniers voyant pour la dernière fois Venise, ultime sentiment de liberté avant de finir sa vie en prison.

→ le plan anti-touristes : faire la visite entre midi et deux, il y a clairement beaucoup moins d'affluence. Tu peux aussi réserver un coupe file {ici}. Ou carrément laisser tomber et opter pour la visite du Ca' Rezzonico, un palais tout aussi grandiose et totalement méconnu des touristes.

Il pallazo duccale 20€ l'entrée (couplée avec d'autres musées, la visite seule n'existe pas).
Attention : on ne te fournit aucun plan, ce qui n'est franchement pas pratique pour être sur d'avoir bien visité les lieux.





L E  C A M P A N I L E
◆◆◆

Grande tour de 98m surplombant la place San Marco, le campanile du même nom, ancienne tour de garde de la ville, est le campanile le plus prisé de Venise. Il est possible d'y monter en ascenseur pour jouir d'un point de vue en hauteur de la ville. En haut, l'espace étroit surpeuplé de touristes, vaut tout de même la chandelle car la vue sur Venise est tout simplement imprenable.

Sans les coupe file, entre midi et deux, prévoir une demi heure de queue minimum pour une montée à 8€.

→ le plan anti-touristes : prévoir un coupe file {ici} ou carrément monter le campanile Giorgio Maggiore, pour 5€ et une encore plus belle vue.




◆◆◆


En quittant la place San Marco, on tombe sur le rivage maritime Sud de la ville. Le long de la  Riva degli Schiavoni, un paysage de cartes postales. Des gondoles bien rangées contre les pilotis typiques qui sortent de l'eau, les îles en face, et de nombreux embarcadères pour embarquer ceux qui ne dormiront pas à Venise même cette nuit. Touristique sans l'être, la balade sur le rivage a quelque chose d'aussi agréable que typique.

On apprécie d'arrêter notre course pour s'accorder une pause assise le long des quais. Au bout de la rive, Arsenale et Giardini, pour aller visiter la Biennale en cours.




◆◆◆


Le plus beau pont de Venise. Mais aussi le seul, avec le ponte del Accademia qui traverse le Grand Canal. Son architecture caractéristique impressionne. En plus d'être magnifique, le pont est aussi un lieu de passage incontournable et pratique pour qui désire visiter Venise à pieds.

Malheureusement assaillie par les touristes, la zone est pourtant l'une des plus belles de la ville.
Aux alentours du Rialto, on est dans le plus pur cliché vénitien, avec ses gondoles et ses restaurants romantiques au bord de l'eau.

Terrassé par les touristes et difficile à prendre en photo, le Rialto reste un des paysages de carte postale les plus typiques de Venise. 



◆◆◆


On l'appelle théâtre, mais il s'agit plutôt d'un opéra. Plus beau que la splendide Scala de Milan, la Fenice vénitienne. Avec ses impressionnants rideaux rouges de velours, ses dimensions imposantes et la beauté de ses niches individuelles, on ne peut qu'en avoir la mâchoire qui tombe.
Une remontée dans le temps. Un instant sublime. Pour moi la visite la plus impressionnante de tout le séjour.
Teatro La Fenice, 1965, Campo San Fantin, San Marco 30100 / 10€ / 9h30 - 18h30
Prévoir sa visite en fin de journée pour éviter la cohue ou bien un coupe file {ici}.

→ le bon plan : manger à Vino Vino. Une cuisine fine, un cadre extrêmement beau dans un jardin, le tout pour un tarif complètement raisonnable : le coup de coeur gustatif du séjour.
Vino Vino, ponte delle Veste, 2007A, 30100 San Marco


◆◆◆


Une des façons les plus reposantes et complètes de visiter Venise, c'est de se laisser porter par le vaporetto, le bus local. La balade n'est pas très longue et les plus belles façades vénitiennes se donnent à voir le long du Grand Canal qui partage Venise en deux. Selon l'horaire et la ligne choisie, le plaisir de voguer sur ses eaux maritimes n'est pas le même. Un grand classique à faire absolument.

→ le plan anti-touristes : privilégier la ligne 2, qui ne s'arrête pas a la place San Marco et donc transporte moins de touristes.

20€ le pass 24h (le décompte commence à la première oblitération), valable aussi pour les îles de la lagune. 7,50 € le trajet simple.





◆◆◆


Les îles de la lagune, c'est un des charmes les plus insolites de la belle Venise. Certaines sont plus prisées que les autres. Il y a San Michele, l'île cimetière, il y a Torcello, l'île fantôme, il y a le Lido, l'île avec les belles plages. Mais il y a surtout les incontournables Murano et Burano, les deux îles les plus prisées de la lagune. Mais aussi les plus touristiques.

Pour les plus intéressés, désireux de faire le tour de la question, y consacrer une journée pleine est nécessaire. Pour les boulimiques d'en voir le plus possible comme moi, une demi-journée voire un peu plus convient très bien. Les excursions à Murano et Burano restent très fatigantes.

Les deux îles sont si populaires qu'elles sont envahies de touristes. On se piétine dessus à l'embarcadère et c'est la course pour pouvoir monter dans les bateaux. Inutile d'espérer avoir une bonne place assise ou avec vue pour les 40min de traversée, c'est une utopie. Tu les passeras probablement debout avec la tête des autres touristes sur les photos que tu tenteras de faire.






M U R A N O , l'île du verre
◆◆◆

Murano, l'île des souffleurs de verre, regorge de petites rues qui déploient des trésors d'inventivité dans la vitrine de ses magasins. Les possibilités sont infinies, parfois moches et parfois grandioses, avec le façonnement du verre. Le truc à faire, c'est aussi d'observer les souffleurs de verre en plein travail.

Visiter usines, musées et manufactures à son propos s'avère tout particulièrement intéressant, mais peut faire l'objet d'un planning chargé, avec des horaires aussi précis que contraignants pour les visites. On peut observer les souffleurs de verre près des embarcadères Colonna et Faro.

Parce que nous on a pas cherché à s'y attarder la journée, on s'est contentées de tomber par hasard sur un magasin "Fornace", proche de l'embarcadère Faro. Pour 1€, tu peux observer la dextérité de ces hommes en plein travail, et c'est franchement très impressionnant.

→ le plan anti-touristes : en débarquant à Colonna, prendre tout de suite à gauche et ne pas s'enfoncer dans le centre ville.







B U R A N O , l'île des couleurs
◆◆◆

Burano, avec les jolies façades colorées est une île enchanteresse. Réputée pour ses dentelles, des palanquées de petits magasins offrent au visiteur de bon goût de quoi remplir leurs valises.

Seul problème : les hordes de touristes venus gâcher le paysage. Heureusement, il n'est pas très difficile de les fuir en s'enfonçant dans les ruelles désertes aussi magnifiques les unes que les autres où il flaire bon l'art de vivre à l'italienne. Tu y croiseras même des habitants en pleine besogne. Pour ma part, j'ai été frappée par l'authenticité un peu hors du temps de ce que j'y ai vu.

→ le plan anti-touristes : éviter la cohue et descendre à Mazzorbo, l'île jumelle de Burano. Depuis ses quais sublimes et tranquilles, la balade à pieds jusqu'à Burano vaut la chandelle.

Murano et Burano, 20€ avec le pass vaporetto à la journée, achetable dans tous les embarcadères de Venise. Le bateau se prend à Fondamente Nove. Le 12 assure la liaison entre Murano et Burano toutes les 20 min. Conseil : commencer par Burano et terminer par Murano.





L ' I N C O M P A R A B L E   C H A R M E   V E N I T I E N
La Venise plus profonde, plus moderne et plus authentique
◆◆◆




Canaraggio, Castello & Dorsoduro
◆◆◆

Coup de coeur. A quelques pas du tapageur quartier de San Marco, le charme intact de Venise se dessine. Ce sont des petites rues de briques rouges aux façades vieillies qui serpentent en bordure des canaux, débouchent sur un pont, une place, une église... Certaines sont très étroites, d'autres longent de beaux bâtiments où l'on peut apercevoir une jolie cours intérieure...

Dans ces petites rues qui se ressemblent, on se perd aisément. Mais quel plaisir d'arpenter ce dédale médiéval. On y croise des vénitiens, les vrais, dans leurs vie de tous les jours. A l'angle de certaines petites rues, on fait de véritables trouvailles.

Inutile d'essayer de lutter. Carte en main ou GPS ne suffisent pas. On se perd très rapidement dans les méandres de Cannareggio et Castello, les quartiers les plus authentiques. Toutes les rues zigzaguent, mais finissent toujours par se recouper et rejoindre les grands axes de la ville. Venise est terriblement bien faite. 



◆◆◆

Un de mes plaisirs en Italie, c'est de visiter les églises. Renaissance, baroques, rococo, elles sont toujours sublimes et déclassent largement la plupart des églises françaises. A Venise plus qu'ailleurs. Différentes, toujours avec cette touche d'influence orientale, on s'est beaucoup questionnées sur le fameux pilier horizontal byzantin qu'on a vu un peu partout dans les églises vénitiennes.

Bon à savoir : les églises à Venise, c'est du grand n'importe quoi. Certaines proposent l'entrée gratuite, certaines t'interdisent de prendre des photos, certaines sont désertes et sans surveillance, certaines t'imposeront la très fameuse "tenue décente" #ahem, certaines sont fermées...

Attention aux horaires. Le coup de l'église fermée, nous on en a dégusté. Mention spéciale pour la Santa Maria della Salute et ses horaires à la con : 9h-12h 15h-17h30...

Certaines sont payantes, d'autres pas. C'est un peu au petit bonheur la chance. Toutes sont magnifiques, parfois même fastueuses.

Petite liste des plus intéressantes :
La basilica Santa Maria della Salute {Dorsoduro} / la chiesa di Santo Stefano {San Marco} / la basilica Santa Maria Gloriosa dei Frari {San Polo} / la basilique San Giorgio Maggiore (île Giudecca} / la chiesa San Pantalon {Dorsoduro} / la chiesa Santa Maria dei Miracoli {Cannaregio} / la Chiesa Santa Maria di Nazareth {Cannaregio}



◆◆◆

Outre les joyaux de la place San Marco et la beauté des nombreuses églises de la ville, on trouve aussi d'autres monuments fabuleusement grandiose à visiter hors des sentiers battus à Venise.

L'hôpital SS Giovanni e Paolo (Casstello) Un bâtiment magnifique Renaissance sur une place tout aussi belle. Le somptueux hôpital, avec son entrée interdite aux touristes (mais qu'on a quand même emprunté) qui donnerait presque envie de se faire aliter pour pouvoir l'explorer.

De nombreux palais se cachent au sein de la ville, certains sont visitables.

Ca'd'oro (Cannareggio) Un des plus somptueux palais de Venise, initialement recouvert à la feuille d'or. Ses magnifiques voutes et arcades ne sont pas sans rappeler la pureté du Taj Mahal, j'ai trouvé. Symbole du style gothique flamboyant, il accueille la Gallerie Franchetti qui abrite une collection de peintures médiévales. Pour ma part j'ai beaucoup aimé la visite de ce bâtiment.

Ca Persaro (Santa Croce) Outre sa magnifique architecture, la palais accueille le musée d'art moderne et d'art oriental de la ville. On peut y observer une impressionnante collection de toiles modernes dont celles de Klimt, Chagal Matisse et Bonnard. Au 3ème étage, une collection d'objets japonais, chinois et indonésiens ramenés par un comte italien au 19ème siècle.

Ca'Rezzonico (Dorsoduro) Un somptueux palais baroque qui abrite le musée du 18ème, le siècle flamboyant de Venise. Ses intérieurs impressionnent par tant de faste et de beauté. On peut y admirer le riche mobilier, lustres et tapisseries, ainsi que des toiles de Canaletto.

Mais à Venise il y a aussi le système des Scuole. Les Scuole, ce sont des confréries mi laïques-mi religieuses à fort pouvoir politique qui avaient pour but d'être un soutien matériel envers qui souhaitait faire rayonner les valeurs chrétiennes en Italie. La puissance des Scuole s'accroit avec l'éclosion de l'art vénitien. Les Scuole sont aujourd'hui des formes de musées témoins de la magnifiscence de Venise.

La Scuola Grande di San Rocco {Santa Croce} La plus opulente et la plus fastueuse scuola de Venise. Avec ses peintures du célèbre Tintoret, on la nomme aussi la Sixtine du Tintoret, en référence à la chapelle Sixtine de Michel Ange à Rome.





Dorsoduro, {Accademia}
◆◆◆


Tout est art à Venise. Ville-musée avec ses nombreux palaces, parfaits témoins de l'époque Renaissance, il n'y a pas que son architecture qui impressionne.

Venise est aussi une capitale mondiale de l'Art. Art classique mais aussi et surtout art contemporain, comme en atteste la tenue chaque année de la très attendue Biennale de Venise, événement artistique majeur en Europe.

A cette occasion, la ville se met à l'heure contemporaine, accueillant souvent des installations artistiques qu'elle mêle à son paysage. On a en tête les mains géantes de Lorenzo Quinn qui sortaient du Grand canal l'année dernière.

Cette année au Palais Franchetti par exemple, on pouvait observer la Gilded Cage de Ai Wei Wei, fraichement débarquée de New York où elle était restée installée depuis six mois.






S E  P I Q U E R  D ' A R T  C L A S S I Q U E 
Galleria dell' Accademia
◆◆◆


Parmi les plus grands musées de Venise, on compte la Galleria dell'Accademia, le fameux musée d'art classique de la ville. Il recouvre une grande collection de peintures du 14éme au 18ème siècle. On peut y admirer des toiles de grands maitres, comme Véronèse, Carpaccio ou Le Tintoret, et même des triptyques de Jérôme Bosh (!!!).

Pas forcément fan d'art classique, j'ai poussé la porte du musée parce qu'il m'avait l'air de savoir mettre en avant son patrimoine : les affiches pour le promouvoir dans la ville étaient magnifiques, appuyées sur des close up de tableaux, toutes plus somptueuses les unes que les autres (comme celle-ci).

Le Musée est tout simplement impressionnant. Au rez-de-chaussée, une expo temporaire, des dessins architecturaux de Venise par Giacomo Quarenghi. A l'étage, de vastes salles, pour de grands tableaux. Peu amatrice de peintures médiévales, je suis restée bouche bée face à celles de la Galleria Dell'Accademia. Plus belles, plus graphiques, transfigurantes, avec leur influence byzantine. J'ai vraiment adoré mon moment dans ce superbe musée.

SURPRISE : on peut aussi y admirer le très fameux croquis de L'homme de Vitruve peint par Leonard De Vinci. Je n'imagine même pas l'émotion que tout néophyte peut ressentir face à ce mythique dessin. Pour ma part, je n'ai pas eu l'occasion de le voir. La putain de sa race maudite d''étage l'étage était fermé pour rénovation.





C H E R C H E R  S A  D O S E  D ' A R T  C O N T E M P O R A I N 
 Peggy Guggenheim & Palazzo Grassi
◆◆◆


Mon grand regret vénitien.
Je n'ai pas pu visiter deux des joyaux de l'art contemporain en Europe, la collection Peggy Guggenheim et la collection Pinault au Palazzo Grassi, ces bâtards ces temples d'art contemporain étant fermés les mardis. Nécessité donc de se renseigner sur les jours et horaires d'ouverture.

La collection Peggy Guggenheim 

Un grand nom du monde de l'art : les toiles que la célèbre collectionneuse et mécène Peggy Guggenheim amassa toute sa vie depuis son New York natal. L'américaine, autodidacte et moderne, terriblement fascinante, passe les trente dernières années de sa vie à Venise et y est même inhumée.
On peut entre autres y admirer de nombreux tableaux rares de Picasso, Braque, Duchamp, Léger, Picabia, Mondrian, Magritte, Kandinsky, Miró, Giacometti, Klee, Ernst, Magritte, Dalí, Pollock, Calder...

Le Palais Grassi

Ce palais, un des derniers construits à Venise abrite la collection du milliardaire français François Pinault, constituée de tableaux d'art moderne et contemporain.
Très réputé, on peut y admirer entre beaucoup d'autres, des oeuvres de Damien Hirst, Andy Warhol et Jeff Koons.
 


Castello, {Arsenale & Giardini}
◆◆◆

Il y a toujours -ou presque- un festival en cours à Venise. Mais s'il ne fallait n'en retenir qu'un, ce serait à coup sûr la biennale. 

Chaque année, la ville accueille sa biennale, un événement d'envergure mondiale. S'y presse le meilleur de l'art, une sorte de panorama de ce qui s'est fait de mieux en la matière tout au long de l'année. Venise alterne entre biennale d'architecture et biennale d'art contemporain. Autour de cet événement majeur se greffe d'autres "petits" festivals comme le festival de danse contemporaine, de théâtre et de musique contemporaine, mais surtout la très fameuse Mostra de Venise.

Disséminées dans toute la ville, les expositions de la biennale se concentrent majoritairement à Arsenale et Giardini. 

Je n'ai pas eu le loisir de la visiter cette fois-ci. Quel regret. Et j'ai d'ailleurs trouvé peu de renseignements sur le sujet, à croire que peu de gens visitent la biennale au final. Assez similaire à l'exposition universelle, le festival est réparti en pavillons classés par pays. 

La biennale de Venise (architecture) / du 26 mai au 25 Novembre 2018
Giardini 10h-18h - fermé le lundi /Arsenale 10h- 18h ( 20h les vendredi et samedi) 
Réserver sa place {ici}





S O N D E R   L A   N U I T   V E N I T I E N N E 
◆◆◆


Le charme de Venise se transforme la nuit. A vivre également, malgré la difficulté occasionné par son peu d'éclairage public. Certaines rues, les plus étroites, avec leurs airs de coupe gorge peuvent faire frissonner. Mais la beauté de la ville est à couper le souffle.

On boit gaiment l'apéro jusqu'à tard à Cannaregio, sur les quais du canal le long de la Fondamenta dei Ormesini. Sur les rives du Rialto aussi, il fait bon respirer la beauté de la nuit.

Sur la place San Marco, l'animation règne à l'orée des grands monuments éclairés. On y croise des gens bien habillés, qui sortent de l'opéra. Sous les arcades, le café Florian et son orchestre en terrasse illuminent la nuit, entonnant les notes des plus grands compositeurs du répertoire classique. J'ai adoré m'y attarder tard le soir, venir y observer la pleine lune surplombant le palais des Doges.



→ La suite du voyage : {ici}



V O I R  A U S S I 

  Un week end à Venise : carnet de bord


L E  G U I D E  A  I M P R I M E R 

Tu peux télécharger en condensé 
mon guide de Venise {ici}

City Guide Venise - Un week-end à Venise : une ville, deux aspects.






NOTE POUR MOI-MÊME       
à faire la prochaine fois       

- aller voir la biennale d'art contemporain
- admirer la collection Peggy Guggenheim
- aller visiter le Palais Grassi
- visiter le palais Ca' Pesaro
- visiter le palais Ca'Rezzonico
- prendre un verre au Cafe Florian la nuit
- prendre un verre sur le Campo Erberia
- prendre un verre au Harry's bar, le café d'Hemingway
- aller voir la librairie Aqua Alta
- se promener à Mazzorbo
-prendre des photos depuis le pont de l'Accademia
- visiter une fabrique de gondoles
- aller voir l'Homme de Vitruve à la Galleria Dell'Accademia



CE QU'EN DISENT LES AUTRES 
des avis de gens cools

- Venise quartier par quartier, De retour du monde {ici}
- Venise en hiver, Je ne sais pas choisir {ici}
- Tous les articles de Vivre Venise {ici}
- Venise en 6 coups de coeur, Entre2escales {ici}
- Venise en hiver, Le Figaro {ici}
- Venise en hiver, Cachemire & soie {ici}
- Venise en échappant aux touristes, Sunwhere {ici}

You Might Also Like

0 commentaires